Appel à communication - Journée de recherche "Les stratégies et la gouvernance des entreprises bancaires en Afrique : Approche transdisciplinaire et vision des praticiens" - 19 Mars 2019 - Université de Yaoundé 2 - FSEG - Cameroun

L'histoire de la banque en Afrique remonte aux années 40 avec notamment, l'implantation de grands groupes français à l'instar du Crédit Lyonnais et de la Société Générale. Depuis environ 73 ans, le secteur bancaire ainsi constitué est en constante recomposition sous l'influence de phénomènes divers. Dans cette mouvance, l'accession de nombreux pays à l'indépendance lors de la période allant de 1950 à 1960 représente un moment fort dans cette dynamique. En effet, cette ère des mutations politiques aura marqué l'avènement d'une normalisation destinée à reconfigurer la gouvernance des banques localisées en territoire africain. À ce titre, les filiales étrangères seront appelées à s'aligner à la contrainte de « l’africanisation » du personnel et/ou de la structure du capital. La grande vague des crises de la décennie 80 trouverait une explication dans une telle normalisation qui a ouvert la voie à une ingérence des pouvoirs publics dans le fonctionnement des banques. Au lendemain de ces crises, l'on a assisté, au sein de la Banque des Règlements Internationaux, à l’intensification des réflexions sur la nécessité d’une régulation prudentielle globale de type harmonisé. Ces conditions ont été à l'origine des normes dites Bâle1, 2 et 3. Au-delà de la question toujours posée de l’adaptation de ladite régulation au contexte culturel africain, il faut observer que la concurrence s’est intensifiée au fil du temps dans le secteur bancaire de chaque pays, surtout depuis le début de la décennie 90. La globalisation, la recrudescence des Institutions de Micro-Finance (IMF), la multiplication des filiales des banques « panafricaines » ou régionales, le développement des filiales de multinationales originaires des pays occidentaux, la création des banques domestiques ou à capitaux entièrement/ majoritairement nationaux, les progrès technologiques associés notamment au « mobile banking » et à la digitalisation contribuent à renforcer cette compétition. Les banques locales, de même que leurs homologues d’autres continents, sont également aux prises avec des problèmes aussi récents que ceux posés par la gestion de la diversité et la criminalité transfrontalière. Cela accentue particulièrement les thèmes de système d’information et du blanchiment, les normes comptables IFRS, la recrudescence de la finance islamique et la Responsabilité Sociale de l’Entreprise. Les banques sont dès lors amenées à repenser le pilotage de leur cœur de métier (le crédit) et adapter leur gouvernance en veillant spécialement à son caractère éthique ou Responsable. Ces défis se posent en plus dans un contexte spécifique dans lequel la plupart des pays africains sont caractérisés par l’absence de véritables marchés boursiers actifs. De ce fait, le renouvellement des visions politiques d’émergence économique des Etats conduit à fonder le plus grand espoir sur l’accompagnement des banques en termes de financement des investissements publics et/ou privés. Néanmoins l’implication des banques nourrit constamment, en particulier au sein du Fonds Monétaire International, des inquiétudes sur le « retour » des crises dont les conséquences seraient plus dramatiques que celles produites par les crises de la décennie 80.

L’ensemble de ces observations impose une réflexion de fond qui sous-tend les préoccupations de l’Equipe de Recherche sur les Stratégies et la Gouvernance des Banques (ERSGO-Banques). La journée de recherche projetée et portée par cette structure est une occasion d'échange et de partage sur les défis managériaux ou organisationnels auxquels sont aux prises les banques africaines compte tenu des mutations socio-économiques, culturelles et environnementales. L'ERSGO-Banques, créée en 2013, est dirigée par le Professeur André TIOUMAGNENG (Maître de Conférences, agrégé des Universités en Sciences de Gestion) et rattachée à l’Ecole Doctorale des Sciences de Gestion de l’Université de Yaoundé 2 (Cameroun). Elle a jusqu’à présent produit, entre autres, trois thèses de doctorat et publiés différents articles scientifiques.

La première journée qu’organise ERSGO-Banques vise à coordonner les réflexions approfondies sur les arrangements organisationnels des banques en Afrique compte tenu des mutations actuelles ou anticipées. L’idée première est de mobiliser, pour cela, les grilles de lecture propres aux Sciences de Gestion en étant bien sûre conscient qu’il s’agit d’un champ scientifique bien fragmenté et cloisonné. Il s’agit ainsi de confronter les visions gestionnaires des stratégistes, comptables, financiers, marketistes, spécialistes de gestion des Ressources Humaines, etc. La complexité de l’objet d’investigation (banque) oblige à transcender cette volonté d’articulation des domaines intra-gestionnaires. Nous sollicitons dans cette perspective non seulement l’apport des spécialistes d’autres champs disciplinaires (l’Economie, la Sociologie, la Psychologie, l’histoire, la Philosophie, le Droit, etc.) mais également la contribution des praticiens ou managers (banquiers ou non).

Les chercheurs sont invités à proposer leurs contributions sur la liste, non exhaustive, des thématiques suivantes avec un focus sur les réalités du terrain africain: Stratégie des filiales bancaires ; Changement/adaptation des banques ; Organisation des réseaux commerciaux ; Management des risques bancaires ; Culture nationale et gouvernance bancaire ; La relation entre les banques et les Institution de Micro Finance ; Responsabilité Sociale et déontologie bancaire ; Relation banque/entreprise, relation banque/particulier ; Gestion des ressources humaines bancaire ; Système d’information bancaire ; L’Etat et le fonctionnement des banques et/ou des Institutions de micro finance ; Gestion de la diversité au sein des banques ; Comptabilité, contrôle et audit bancaire ; Internationalisation/attractivité territoriale des banques.

Procédure de soumission des communications

Adresse de soumission : journee.strategiebancaire@yahoo.fr

Réception des soumissions (texte complet) 19 mars 2019

Retour des évaluations 18 avril 2019

Envoi des textes définitifs 18 mai 2019

Date limite d’inscription (tarif enseignant-chercheur 25 000 Fcfa, tarif doctorants : 10.000 Fcfa) 20 juin 2019

Tenue de la Journée de recherche: 27 juin 2019

Valorisation

Les meilleurs papiers effectivement présentés seront retenus pour un ouvrage collectif. Plusieurs revues scientifiques sont partenaires et publieront éventuellement des propositions présentées lors de la journée.

Pr André TIOUMAGNENG - tioumagneng@yahoo.fr
>> Programme (docx) Picto_doc