Appel à articles Revue Innovations « Espaces de coworking, fab labs, living labs, makerspaces… les nouvelles formes d'organisation du travail créatif : objectifs et défis » - 15 Février 2019

Appel à articles pour « Innovations. Revue d’économie et de management de l’innovation »

Numéro spécial sur "Espaces de coworking, fab labs, living labs, makerspaces… les nouvelles formes d'organisation du travail créatif : objectifs et défis"

Éditeurs du numéro spécial:

- Sophie Boutillier, Université du Littoral-Côte d’Opale

- Ignasi Capdevila, PSB Paris School of Business

- Laure Morel, Université de Lorraine

- Laurent Dupont, Université de Lorraine

Les technologies numériques contribuent-elles à la réorganisation du travail ? La décentralisation des activités individuelles, créatives et innovantes, annoncent-elles un nouveau mode ou de nouveaux modèles de production ? Quels sont les enjeux économiques et sociétaux pour les individus créatifs, pour l’entrepreneur, pour l’organisation, voire pour la société en termes d’amélioration du bien-être social?

Dans l’ère actuelle du numérique et de l’intelligence artificielle, les formes d’organisation du travail héritées de la révolution industrielle ont évolué, tandis que de nouvelles formes ont émergé progressivement, les unes se combinant aux autres. La complexité et la concurrence des marchés ont favorisé l’émergence de modes d’organisation du travail plus agiles dans les entreprises (Hjoth, 2012 ; Parker, 2002) en privilégiant l’organisation du travail par projets pour pouvoir coordonner de manière flexible dans le temps et dans l’espace une large diversité de domaines professionnels. L’hyperspécialisation et la division des tâches ont entraîné l’augmentation de la sous-traitance de professionnels indépendants qui travaillent en équipes en mode présentiel ou virtuel (Courpasson, Dany, Marti, 2016). Les structures hiérarchiques se transforment ou s’adaptent progressivement pour devenir plus ouvertes et inclusives formant des réseaux externes (généralement mondialisés) tout en étant intégrées dans des écosystèmes entrepreneuriaux locaux, remettant en question de façon radicale les frontières des organisations, et du même coup les frontières entre travail salarié et travail indépendant. Une nouvelle forme d’artisanat est réinventée (Sennett, 2010) avec l’usage par exemple des imprimantes 3D, des découpes laser, etc. qui permettent de réunir les stades de la conception et de la réalisation d’un produit. Ces nouvelles formes d’organisation du travail sont multiples : espaces de coworking, fab labs, linving labs, maker space, etc., (Morel, Le Roux, 2016), lesquels combinent à la fois l’usage des nouvelles technologies numériques, mais également des formes parfois pré-industrielles d’organisation du travail reposant par exemple sur la fabrication de pièces uniques en fonction d’une demande ciblée. Chacune de ces nouvelles formes d’organisation du travail se décline quasiment à l’infini en fonction des outils, de la technologie, du niveau de qualification de la main d’œuvre, voire de la localisation géographique de ces nouveaux espaces de travail. Prenons l’exemple du coworking, qui peut être couplé à un fab lab, pour lequel il existe à l’heure actuelle, une grande diversité de situations, en fonction du lieu d’implantation, des institutions publiques ou privées ou des individus qui les ont créés, des technologies qui y sont développées, des différents profils de coworkers… Les modèles économiques sont très variés, et si certains enregistrent des résultats positifs (création d’emplois, innovation, etc.), d’autres au contraire, ne survivent que grâce à des subventions publiques. Il en va de même pour les fab labs, les living labs, les makers spaces…

Cette décentralisation de l’organisation du travail a pour principal objectif de libérer les imaginations et stimuler l’innovation sous toutes ses formes (produit, service, organisation…). Après les ruches, les pépinières et autres centres d’incubation, qui ont vu le jour dès les années 1970, d’autres formes de structure ont aussi émergé depuis le début du 21e siècle pour accompagner les porteurs de projets innovants. Par ailleurs, l’adoption croissante d’outils numériques a permis d’augmenter la flexibilité spatio-temporelle des travailleurs, en facilitant le développement de nouveaux modes de travail à distance, comme le télétravail qui permet une flexibilité horaire et géographique. Les grandes entreprises ont également cherché à collecter de nouvelles ressources et de nouvelles idées pour innover en favoriser le développement de relations de partenariat avec par exemple des laboratoires universitaires (Chesbrough, 2003). En parallèle, l’augmentation du nombre de travailleurs indépendants a contribué à l’émergence de nouveaux lieux de travail, comme sont notamment les nombreux espaces de coworking, fab labs, living labs … qui ont ouvert dans les dernières années (Brown, 2017 ; Scaillerez, Tremblay, 2017). Ces espaces font partie d’un nouveau vocable, les « tiers-lieux » (Oldenburg, 1989), soit des espaces de travail, de socialisation et de collaboration entre pairs, qui dans leur essence même ne sont pas nouveaux. Grâce aux nouvelles technologies, de nouveaux modèles d’affaires dérivés de l’économie collaborative ont transformé de nombreux secteurs d’activité, en fluidifiant la relation entre entreprises et travailleurs d’une part, les relations entre entreprises et consommateurs d’autre part. Ce phénomène d’ « ubérisation » a flexibilisé l’accès au travail, mais a cependant augmenté la précarité des emplois, créer des conflits avec les organisations plus traditionnelles (Sundararajan, 2015 ; Hill, 2015), mais a également contribué à stimuler l’innovation technologique, sous toutes ses formes (en particulier en matières de logiciels et d’applications numériques mais également de nouveau model organisationnel pour l’innovation) (Lallement, 2015 ; Anderson, 2017 ; Berrebi-Hoffmann, Bureau, Lallement, 2018 ; Osorio Bustamente et al., 2015), des innovations sociales émergent également de ces lieux.

L’objectif de ce numéro d’ « Innovations » est de traiter ces sujets par rapport aux nouvelles structures, lieux et pratiques des nouvelles formes d’organisation de la production, ainsi qu’analyser les implications et défis. L’objectif est ainsi de mettre l’accent sur les aspects positifs de ces transformations en termes de créativité individuelle et collectives et d’innovations technologiques, mais également sur les aspects négatifs (précarisation de l’emploi, effets de mode, modèle économique instable, etc.). Il s’agit tant d’étudier ce que les entreprises en retirent en termes d’innovation et d’efficacité, (comment elles tirent profit de ces structures intermédiaires du travail) que de discuter des conditions d’avènement des nouveaux modèles de production, de travail et de consommation.

Des réflexions théoriques sur le sujet et des études de cas peuvent être proposées.

Les sujets qui pourront être abordés sont les suivants :

- Coworking, fab labs, maker space, living lab…innovation (technologique, sociale, organisationnelle…) et créativité,

- Coworking, fab labs, maker space, living lab… « tiers lieux » et variété des modèles d'émergence d'idées créatives et d'innovations,

- Coworking, fab labs, maker space, living lab… et variété des compétences mobilisées,

- Coworking, fab labs, maker space, living lab… et émergence de nouvelles entreprises,

- Coworking, fab labs, maker space, living lab… et précarité de l'emploi qualifié,

- Incitations au développement du coworking : politiques nationales et locales de l'emploi qualifié,

- Du coworking au fab lab, maker space et autre living lab à l'entreprise : les questions de l'amélioration de l'employabilité des individus créatifs, de l'expérimentation de nouvelles idées et de l'appropriation de projets innovants?



------------------------------

Agenda de soumission et de publication des articles :

- Date de soumission : 15 février 2019 https://www.editorialmanager.com/innovations/default.aspx

- Instructions aux auteurs: http://innovations.cairn.info/instructions-aux-auteurs/

- Processus de révision : 15 février – 15 avril 2019

- Décision finale : 30 avril 2019

- Le numéro spécial est prévu pour le premier trimestre 2020

LES ARTICLES SOUMIS PEUVENT ÊTRE EN FRANÇAIS OU ANGLAIS

------------------------------

Références

Anderson C., 2017, Makers, la nouvelle révolution industrielle, Pearson Education. Berrebi-

Hoffmann I., Bureau M.-C., Lallement M., 2018, Makers, Enquêtes dans les laboratoires du changement social, Seuil.

Brown J., 2017, Curating the “Third Place”? Coworking and the mediation of creativity, Geoforum, 82, 112-126.

Chesbrough H., 2003, Open innovation: the open imperative for creativity and profiting from technology, Harvard Business School Press.

Courpasson D, Dany F., Marti I., 2016, Organizational Entrepreneurship as active resistance. As struggle against outsourcing, Entrepreneurship: theory and practice, vol 40 (1), 131-160.

Hill S 2015, Raw deal: How the “Uber economy” are runaway capitalism are screwing American workers, Saint Martin’s Press.

Hjoth D., 2012, Orgnizational entrepreneurship with de Certeau on creating heterotopias (or spaces for play), Journal of Management Inquiry, vol 14 (4), 386-398.

Lallement M., 2015, L’âge du fer, Seuil.

Morel L., Le Roux S., 2016, Fab labs, l’usager-innovateur, ISTE Editions.

Oldenburg R, 1989, The Great good Place; cafés, coffee Shops, community Centers, beauty Parlors, General stores, Bars, Hangouts, and how they Get You Through the day, Paragon house.

Osorio Bustamante F., Peña Reyes J.I., Camargo M., Dupont L. Spaces to foster and sustain innovation: Towards a conceptual framework. 2015 International Conference on Engineering, Technology and Innovation (ICE), Belfast, Northern Irland, 22-24 june 2015. DOI: 10.1109/ICE.2015.7438661

Parker M, 2002eds, Utopia and Organization, Blackwell Publishing.

Scaillerez A., Tremblay D.-G., 2017, Coworking, fab labs et living labs. Etats des connaissances sur les tiers lieux, Territoire en mouvement. Revue de géographie et aménagement, 34. https://journals.openedition.org/tem/4200

Sennett R., 2010, Ce que fait la main, Albin Michel. Sundararajan A., 2015, The Sharing Economy. The End of Employment and the Rise of crowd-based Capitalism, The MIT Press.

 

Ignasi CAPDEVILA - i.capdevila@psbedu.paris
http://innovations.cairn.info/
>> Programme (pdf) Picto_pdf