STAIMS 5 : Diplomaties stratégiques

La performance de l'entreprise, quelle que soit sa nature, repose non seulement sur la mise en œuvre d'une stratégie concurrentielle appropriée au contexte environnemental, mais aussi sur sa capacité à connaître intimement et à négocier avec cet environnement pour créer, gérer et protéger ses actifs stratégiques. Les investissements, notamment de la part des grandes entreprises, dans l'intelligence économique, le lobbying, la sécurité ou encore les affaires publiques en témoignent.
 
Ainsi, l'identification, la maîtrise et la protection de l'information stratégique deviennent des activités centrales dans le management stratégique des organisations. Elles nécessitent de mobiliser des réseaux informels ou formels, internes ou externes, publics ou privés, dans une optique proactive ou adaptative à un environnement concurrentiel et institutionnel de plus en plus incertain. Elles trouvent une acuité nouvelle dans un monde multipolaire, où les affaires économiques s'imbriquent plus que jamais dans des relations complexes de coopération et de coopétition, dans des sociétés régies par la disponibilité et la circulation toujours croissante de l'information, et où se développent des modèles d'affaires plus immatériels, recomposés, intégrant des acteurs économiques certes, mais également politiques dans le sens large du terme.
 
De même, les stratégies de négociation / confrontation avec les parties prenantes socio- politiques, au premier rang desquelles les pouvoirs publics, mais aussi les ONG ou les organisations professionnelles, constituent désormais un levier majeur dans le développement stratégique des entreprises. En raison de cette extension de la réflexion sur l'espace stratégique pertinent, la notion de parties prenantes se recompose et intègre toute forme d'acteurs impactant la survie et le développement de l'entreprise. Dans ce contexte, si la stratégie consiste certes à travailler aux grandes opérations de croissance, de recentrage ou de positionnement, elle résulte également de phénomènes plus émergents, souhaités ou subis, basés sur une connaissance intime des besoins, des attentes et des agissements de ces parties prenantes.
 
C'est la construction, la coordination, la protection et l'utilisation de cette connaissance intime des relations avec les parties prenantes que nous nous proposons d'étudier à travers le concept de " diplomatie stratégique ". Le choix du vocable " diplomatie " repose sur sa définition générique où diplomatie est définie comme le tact, doigté dans les relations et négociations avec autrui, reflétant ainsi une compétence liée à la mobilisation et la gestion de ses réseaux de différentes natures. Par diplomatie stratégique, nous entendons la capacité de type politique ou relationnelle, s'appuyant sur la mobilisation de réseaux internes et/ou externes, ou sur la négociation avec ces réseaux, dans le but d'anticiper et agir pour développer et sauvegarder les actifs stratégiques de l'entreprise. La notion de " diplomatie stratégique " invite ainsi à l'extension de l'espace stratégique pertinent de l'entreprise, vers des zones non économiques, plus politiques ou sociétales, et à une vision renouvelée de l'organisation en réseau.
 
Vous pouvez télécharger l’appel à communications complet de cette STAIMS au lien ci-dessous : 
 
>> Télécharger