Communications par thème > Diplomaties stratégiquesptions (participations)

Les tribulations d’une entreprise chinoise en France : une histoire d’(in)intelligence économique territoriale ?

Cette recherche se propose de comprendre dans quelle mesure le management par la puissance publique d’un projet d’investissement direct étranger sur un territoire peut être considéré comme un succès ou un échec et comment il s’inscrit dans le dispositif d’intelligence économique territorial. Nous mobilisons les apports de la théorie de la traduction comme cadre d’analyse d’une étude de cas portant sur le management public de l’implantation sur un territoire en France d’une entreprise chinoise du secteur des télécommunications. Sur la base de l’analyse d’un corpus de sources secondaires en grande partie constituée par des articles de presse sur une longue période (8 années), nous montrons comment, en éliminant le traducteur initial du réseau d’actants et en choisissant un mauvais point de passage obligé, le management public va produire une impression d’échec pour ce projet qui, paradoxalement, trouvera une issue concrète positive sur le territoire. L’article conclut sur les limites de cette première approche et propose outre des contributions managériales, une prolongation à cette recherche.

Why partners’ endowments are not enough: the effect of resource commitment and status for firm performance in a firm’s alliances

We develop and test the conditions under which a firm mitigates the impact of partners’ bargaining power on firm performance in its alliances portfolio. We propose that although the bargaining power of partners constrains firm performance, this negative impact is contingent upon a firm’s own characteristics. Our longitudinal analysis of 64 semiconductor firms shows that the impact of partners’ bargaining power decreases when firms’ relative commitment to technological resources is high. In particular, the effect of such resource commitment is stronger when firms have relatively low status. These results suggest the significant implications when a firm leverages the resource endowments of partners in its alliance portfolio.

Dans quel réseau les PME s’intègrent-elles lors de leur implantation sur un territoire étranger ?

Cette proposition de communication aborde la thématique de l’internationalisation des petites et moyennes entreprises (PME). Plus spécifiquement, notre recherche est focalisée sur l’approche décrivant l’intégration des PME dans le réseau développé sur le territoire d’implantation des entreprises. Au-delà des formes multiples de réseaux accompagnant les entreprises dans leur démarche d’internationalisation (relationnels, informels, personnels et territoriaux), nous pensons que le réseau d'influence joue un rôle dans l’internationalisation de ces PME. Les résultats de notre recherche nous permettent de définir les principales caractéristiques du réseau d’influence (les acteurs, les liens entre eux et les ressources qu’ils partagent avec les entreprises). Ces éléments peuvent être exploités aussi bien par les théoriciens du point de vue des différentes étapes mises en évidence, que par les dirigeants des PME lors de leur internationalisation dans d'autres pays.

Crowding at the frontier: a review of gatekeepers and boundary spanners

Organizations cannot survive without relations with their environment, which provides resources and markets for their products and services (Crozier & Friedberg, 1977). We propose to focus on research related to the role of individuals in such exchanges, and in particular, on gatekeepers and boundary spanners. Although research on these individuals is extremely rich and dates back to the early twentieth century, we found that the concepts still need a clarification.
In order to achieve this goal, we proceed to an analysis of the literature which leads us to a proposition to delineate the roles of boundary spanners and gatekeepers, individuals who have an important function at the frontier of organizations. Most research on boundary spanners and gatekeepers has used a static perspective. We propose to consider these roles in a dynamic perspective, underlining the fact that the weight of the different functions of boundary spanners and gatekeepers can change over time, depending on personal characteristics and inclination, organizational and local contexts, and power games.

Place, rôle et fonctionnement des réseaux au sein des démarches d'intelligence économique des grandes entreprises : une approche par l'écologie des populations d'organisations

L'intelligence économique dans les grandes entreprises reste une démarche difficile à délimiter du fait de la difficulté à en appréhender exhaustivement l’ensemble des composantes organisationnelles. Quelques travaux de recherche tentent de clarifier la place et l'organisation de l'intelligence économique dans les structures des entreprises, mais rares sont ceux qui prennent la dimension réticulaire de l'intelligence économique comme objet de recherche. Or, une lecture faite par l'écologie des populations d'organisations permet justement de prendre en compte l'environnement interne et externe des structures et acteurs de l'intelligence économique dans l'entreprise, et, ainsi, de visualiser l'entièreté de cet environnement. Nous proposons ici, en nous appuyant sur des entretiens (individuels et focus group) réalisés auprès de 10 responsables de l'intelligence économique dans de grandes entreprises françaises, une identification de leurs besoins organisationnels et de la structure réticulaire mise en œuvre. L'identification de ses besoins se traduit par l'intégration réticulaire interne et externe de la fonction intelligence économique de l'entreprise. Les différents entretiens menés aboutissent au constat suivant : en dehors de toute attente structurelle, c'est l'identification, la sensibilisation et l'organisation des acteurs susceptibles d'être utiles à la fonction intelligence économique qui est commune à chaque entreprise. L'écologie des populations d'organisations permet, d’une part, de souligner à quel point l'intelligence économique dans l'entreprise est tributaire des réseaux, et, d’autre part, de mettre en exergue que cette fonction n'a pas encore atteint sa pleine maturité au sein des entreprises.

Une diplomatie stratégique dans les territoires d’implantation -l’expérience des services d’industrialisation des grands groupes industriels français

La communication propose de rendre compte d’une expérience organisationnelle singulière, mise en œuvre par certaines firmes pour gérer leur engagement politique dans les territoires où elles sont implantées. Cette expérience organisationnelle s’apparente à ce qu’on pourrait appeler une « mission diplomatique ». L’appellation « service d’industrialisation » est utilisée pour désigner les structures porteuses de cette activité. La caractérisation du travail qu’elles mènent et leur rôle, en interne dans la firme, et en externe, dans les territoires d’implantation de la firme, peut s’interpréter à l’aune du modèle de la « mission diplomatique ». Il s’agit en effet pour ces services de représenter la firme dans les territoires d’implantation, d’y défendre ses intérêts, de négocier le cas échéant avec les autorités locales, tout en informant le siège de la situation politique et économique du territoire d’implantation. La communication s’appuie sur une enquête par entretiens auprès de six services d’industrialisation attachés à des grands groupes industriels français.

LA DIPLOMATIE STRATEGIQUE DANS UNE PERSPECTIVE ECOSYSTEMIQUE : LE CAS DE L’EQUIPE DE FRANCE DU NUCLAIRE

La diplomatie stratégique doit permettre à chaque acteur économique de préserver ses actifs stratégiques. De plus en plus d’entreprises prennent conscience de la nécessité de développer leur relation publique, d’accroître les moyens consacrés à la veille et à l’intelligence économique et de développer une stratégie d’influence et de lobbying.
Dans le domaine de l’exportation, ceci est également vrai. Les marchés mondiaux sont souvent structurés en plusieurs écosystèmes d’affaires rivaux qui doivent développer une politique d’influence pour favoriser leur produit, leurs modèles d’affaires ou leurs standards technologiques.
Depuis les travaux de James MOORE, la littérature en sciences économiques et de gestion a consacré de nombreux articles aux écosystèmes d’affaires. En quoi l’appartenance ou non à un écosystème d’affaires influence t’elle la manière dont les acteurs de cet écosystème conçoivent la diplomatie stratégique ?
Après un approche théorique sur la diplomatie stratégique dans une perspective écosystémique, nous étudierons le cas de la filière nucléaire française et de l’évolution de son positionnement vis-à-vis de ses stratégies à l’exportation.

L’interaction des stratégies marchandes et non marchandes au sein d'une économie émergente, le Brésil: Etude de cas sur l’affaire Casino - GPA

L’objectif de cette recherche est de comprendre l’interaction entre stratégies marchandes et non marchandes et si celles-ci représentent un des facteurs d’entrée dans un marché émergent ou une condition nécessaire au succès. Autrement dit, il s’agit de montrer à travers cette étude de cas comment le pouvoir d’un groupe dans un pays émergent, le Brésil, fait face aux institutions faibles, lorsqu’il se trouve contre une grande entreprise étrangère. Pour cela, une analyse basée sur plus de 50 articles de presse français et internationaux a été réalisée. Les articles ont été analysés à l’aide d’une grille d’analyse ouverte sur les thèmes suivants : l’internationalisation des entreprises, la question institutionnelle au Brésil, les institutions formelles et informelles, les moyens de coordination entre l’Etat et les élites, l’asymétrie d’information, le rôle de l’Etat dans une économie émergente.
Cette étude de cas apporte des contributions par rapport aux relations entre l’Etat et le secteur privé. Pour pénétrer les marchés émergents, qui sont caractérisés par une faiblesse institutionnelle, une analyse et une connaissance profondes des institutions formelles et informelles sont nécessaires. En plus, une stratégie politique est indispensable pour remplir le vide institutionnel. L’interaction entre les relations marchandes et non marchandes est une condition essentielle pour réussir.

Stratégies et pouvoir de négociation dans le cadre des comités de normalisation : une étude empirique

L’objectif de cet article est d’étudier les stratégies adoptées par les entreprises françaises industrielles pour influencer le processus d’élaboration des normes aussi bien au niveau national qu’international. Les résultats montrent que les grandes entreprises ayant des ressources relationnelles importantes visent à influencer la norme par la mise en place des coalitions et/ou des partenariats avec d’autres parties prenantes. Les PME peuvent adopter deux types de stratégies sur le plan national : 1) des stratégies de leader au sein des actions collectives ou 2) influencer la norme par la détention des informations privées indispensables pour son élaboration. Au niveau international, les PME préfèrent participer à l’élaboration des nomes à travers la participation aux actions collectives nationales. Elles visent à influencer la norme internationale et/ou européenne de manière indirecte à travers l’influence de la position nationale française qui sera défendue dans le cadre des comités internationaux.