Index des auteurs > Mbengue Ababacar

Mbengue Ababacar
Validité du concept de "groupes stratégiques"

Auteur

Ababacar MBENGUE


Résumé

Le concept de «groupes stratégiques» occupe désormais une place centrale dans le domaine de la stratégie concurrentielle (Porter 1980; McGee et Thomas, 1986; Hatten et Hatten, 1987; Thomas et Venkatraman, 1988). Les «groupes stratégiques» représentent des sous-groupes d'entreprises qui, au sein d'un secteur d'activité donné, suivent des stratégies proches ou similaires. Depuis son invention par Hunt (1972), ce concept a été développé et enrichi par de nombreux travaux aussi bien théoriques qu'empiriques. Les meilleures revues de cette littérature sont proposées par Cool (1985), McGee et Thomas (1986), Hatten et Hatten (1987) et Thomas et Venkatraman (1988).(*)

On trouve dans la littérature existante de nombreuses méthodologies et procédures très fines d'identification des groupes stratégiques (Cool, 1985; Fiegenbaum et Thomas, 1990; Mascarenhas et Aaker, 1989; Thomas et Venkatraman, 1988). Malheureusement, il apparaît que peu d'attention a été porté aux propriétés des mesures utilisées pour opérationaliser les groupes stratégiques. Ainsi, les auteurs ont toujours considéré que les groupes stratégiques constituaient un concept unidimensionnel. En conséquence, ils ont continué de proposer et d'utiliser des mesures des groupes stratégiques sans recourir aux tests qui permettraient d'évaluer la dimensionalité, la fiabilité et la validité de ces mesures. Or, il est certain que l'absence d'une évaluation systématique de l'adéquation des mesures réduit considérablement la crédibilité des résultats obtenus, ce qui a pour conséquence de rendre discutable toute considération normative -par exemple des implications managériales- qui serait dérivée de tels résultats.

La présente recherche veut aller plus loin que les travaux antérieurs en examinant la validité du concept de groupe stratégique. Elle comprend quatre grandes parties. La première partie contient une discussion de la base théorique qui peut conforter l'idée selon laquelle les groupes stratégiques sont un concept multidimensionnel. La deuxième partie présente la méthodologie de collecte et d'analyse des données. Les résultats empiriques figurent dans la troisième partie alors que la quatrième partie contient une discussion des implications de la recherche et indique des axes de recherche future.