Index des auteurs > Coeurderoy Régis

Coeurderoy Régis
Les stratégies d'exportation des PME françaises: une analyse sur les biens intermédiaires et les biens d'équipement

Auteur

Régis COEURDEROY


Résumé

L'analyse des stratégies d'exportation est un thème ancien et déjà largement exploré (JOFFRE 1986). Néanmoins, celles-ci ont connu un significatif regain d'intérêt (BRICOUT 1991 ; BONACCORSI 1992). Ce dernier est la contrepartie "naturelle" du mouvement d'ouverture des marchés nationaux engagés par les pouvoirs publics depuis les années quatre-vingts, que ce soit au niveau des accords multilatéraux (GATT, OMC) ou au niveau des accords régionaux (Union Européenne, ALENA) (JULIEN, LEO, PHILIPPE 1995). Cette évolution rapide s'est traduite par la mise en place de fortes incitations à l'exportation, en particulier pour les PME. De nouveaux thèmes sont ainsi apparus dans les problématiques d'exportation.

Schématiquement, on peut considérer que la question de l'exportation a été longtemps intégrée dans la logique du cycle de vie des produits (VERNON 1966). L'entreprise se préoccupe d'abord de son marché national puis, lorsque celui-ci arrive à saturation, elle se tourne vers les marchés étrangers.

Or ce schéma traditionnel est de plus en plus remis en cause : la concurrence est souvent internationale dès l'origine (du fait de l'interpénétration des marchés), en sorte que la question de l'exportation ne se pose plus particulièrement en phase de maturité. Elle est susceptible de se poser dès l'émergence du marché. En ce sens, l'exportation peut devenir une contrainte dans le plan de développement de l'entreprise avant même que d'être un choix. C'est pourquoi il est devenu non seulement légitime, mais plus encore nécessaire, de réévaluer la viabilité des stratégies exportatrices (LEO, MONNOYER et PHILIPPE 1990).

De nombreuses études ont basé leur approche de l'exportation sur la question de la taille de l'entreprise (BONNARCOSI 1992). Il existerait ainsi un seuil en termes de ressources financières et humaines qu'il serait bon de pouvoir dépasser avant de s'aventurer hors des frontières nationales. Il s'agit ici du principe selon lequel la taille de l'entreprise est dépendante de celle de son marché. Cependant les études ne concluent pas toutes dans le même sens (CALOF 1994). Il semble en particulier important de distinguer deux aspects : la décision d'exportation, pour laquelle il semble effectivement important de disposer de ressources suffisantes ; et l'intensité de l'exportation, qui semble atteindre des rendements décroissants à partir d'une certaine taille (JOFFRE 1986 ; BRICOUT 1991).

Pour déterminer le comportement à l'export, d'autres facteurs doivent donc venir enrichir cette approche. Ce serait en effet une erreur que de considérer une PME comme une grande entreprise en miniature (JOFFRE 1986 ; CULPAN 1989). Il apparaît d'abord qu'il existe de profondes disparités sectorielles (MALIVERNEY 1991 ; JULIEN, LEO, PHILIPPE 1995). Les secteurs qui exportent avec succès sont plutôt ceux qui possèdent un fort apport en valeur ajoutée basé sur la R&D et l'innovation (SAVOYE 1991 ; ENGELBRECHT 1992).

Outre les caractéristiques de production, il semble tout aussi important de s'assurer de la préparation de l'entreprise. KALIKA (1986) a clairement montré l'effet structurant de l'exportation sur l'organisation interne des PME (effet qui disparaît dans le cas des grandes entreprises). La maîtrise d'un marché plus large et plus complexe comme le besoin de traiter un volume croissant d'informations contraignent les PME à formaliser plus nettement leurs procédures organisationnelles. WALTERS (1993) constate ainsi que l'instauration d'une planification améliore sensiblement la performance des entreprises exportatrices.

En s'appuyant sur ces recherches, le présent travail s'efforce donc de tester la relation entre le comportement exportateur et la performance de la firme. Cette recherche s'articule à partir des deux interrogations suivantes : 1) quels sont les facteurs qui permettent d'expliquer la décision d'exportation ? Y a-t-il des caractéristiques propres aux firmes exportatrices ? 2) quels sont les différents types d'exportateurs ? Y a-t-il des groupes distincts ? Et ont-ils des performances identiques ou différentes ?

Dans un premier temps, la population étudiée est présentée. La méthodologie utilisée dans le cadre de cette étude est ensuite décrite. Enfin, les principaux résultats sont exposés.