Index des auteurs > Menguzzato-boulard Martina

Leon darder Fidel, Menguzzato-boulard Martina
Proposition d’une analyse du processus de développement des filiales extérieures

Auteurs

Fidel LEON DARDER

Martina MENGUZZATO BOULARD

Résumé

L’objectif de ce papier est de contribuer à une meilleure compréhension de l’évolution à laquelle sont soumises les filiales étrangères des entreprises multinationales.
Bien que l’évolution d’une filiale dépende des décisions prises dans le cadre de la stratégie internationale de l’entreprise, certaines caractéristiques de la filiale pourraient aussi influencer sa propre évolution.
A partir d’une révision des principaux travaux sur internationalisation, et en particulier sur les différents rôles stratégiques des filiales, et nous situant dans une perspective de processus auquel nous donnons la structure de cycle de vie de la filiale, nous formulons un ensemble d’hypothèses reliant différentes variables caractéristiques de la filiale avec l’évolution de  celle-ci dans le temps, soit son développement et sa continuité.
Nous utilisons alors les données primaires de 284 filiales espagnoles d’entreprises multinationales européennes, américaines, et japonaises, pour confirmer ou rejeter les hypothèses proposées.
Les résultats nous montrent que, bien que la forme d’incorporation détermine en partie le niveau de compétences et d’autonomie de la filiale, il existe une relation entre certains facteurs internes de la filiale, et le développement de ses compétences au long de son existence, et la possibilité d’être détachée de la multinationale. Ceci encouragerait un rôle plus actif des filiales dans le dessein de leur évolution, pouvant ainsi contribuer au développement des pays auxquels elles appartiennent.

Escriba-esteve Alejandro, Menguzzato-boulard Martina, Sanchez-peinado Luz
Les accords de cooperation : Une strategie pour toutes les entreprises?

Auteurs

Martina MENGUZZATO-BOULARD

Alejandro ESCRIBA-ESTEVE

Luz SANCHEZ-PEINADO

Résumé

L’utilisation des accords de coopération inter-entreprises ou alliances stratégiques s’est transformée, au long des deux dernières décades, en une option stratégique de plus en plus appréciée, dans la mesure où elle offre, aux entreprises qui y ont recours, d’importants avantages potentiels, contribuant ainsi à une amélioration de la compétitivité. Cependant, telle option n’est pas exempte de risques et inconvénients, et de certains conflits dont les conséquences peuvent être graves, non seulement pour l’alliance, sinon aussi pour les entreprises impliquées.
C’est pourquoi, dans ce papier nous nous posons la question de savoir si, réellement, les alliances constituent une alternative stratégique valable pour n’importe quel type d’entreprise.
Et nous essayons d’y répondre à partir d’une analyse de la possible influence de certaines caractéristiques des entreprises sur la propension de celle-ci à nouer des alliances, et sur l’intensité de leur utilisation.
Pour ce, nous proposons des hypothèses sur la possible relation entre l’utilisation d’accords de coopération et la taille de l’entreprise, son caractère familial o non, si celle-ci est internationalisée ou pas, et si c’est une firme diversifiée ou spécialisée.
Les hypothèses sont amenées par une argumentation théorique basée sur la littérature existante, et sont ensuite testées à partir d’un échantillon de 266 entreprises espagnoles.
Nos résultats montrent que les PMEs et les entreprises familiales sont moins prédisposées à utiliser la coopération, alors que l’on n’apprécie pas de différence significative selon l’orientation stratégique de l’entreprise.
Ces résultats sont interprétés et commentés, et de nouvelles voies de recherche sont ouvertes.