Lebel Suzanne, Lejeune Albert, MankaÏ Amel
Étude de cas : Une initiative de gestion des connaissances dans le contexte de la fonction publique au Québec : Le processus de création et d’exploitation des fiches de dossiers stratégiques au Ministère des Transports du Québec

Auteurs

Amel MANKAÏ

Albert LEJEUNE

Suzanne LEBEL

Résumé

Cette étude de cas vise à rendre compte d’une initiative de gestion des connaissances dans le contexte de la fonction publique au Québec. De nos jours, l’importance des actifs immatériels est croissante. De plus en plus d’entreprises sont conscientes de l’importance de la mise en place d’une bonne gestion de leurs patrimoines de connaissances. L’économie du savoir reflète une accélération du changement dont la mise en oeuvre, quoique facilitée par l’usage des NTIC, ne peut être assurée par le seul recours à ces technologies. En effet, dans la création et la diffusion des savoirs dans l’organisation, l’élément humain est un facteur très important.
L’étude de cas porte sur le projet de « révision du processus de création et d’exploitation des fiches de dossiers stratégiques » au Ministère des Transports du Québec (MTQ). Ces fiches sont des documents en format papier, utilisés à la base du processus décisionnel au niveau des cabinets politiques par les ministres et les attachés politiques. Elles leurs servent dans ce sens de véhicule de connaissances stratégiques provenant des experts de l’organisation.
L’étude se présente comme une réflexion ex-post sur le processus à l’étude dans une optique de gestion des connaissances, étant donné l’importance stratégique que représentent ces fiches en tant qu’outil de prise de décision ainsi que l’importance du capital intellectuel dans le contexte économique actuel. En effet, la pratique de la gestion des connaissances présente d’importants défis à relever et des gains escomptés considérables pour le MTQ. L’analyse met en évidence toute l’ambiguïté de la dimension du continuum « donnée – information – connaissance », de la distinction entre connaissances tacites et connaissances explicites, et entre gestion de l’information et gestion des connaissances.