Index des auteurs > Chanal Valérie

Chanal Valérie
Management de l'innovation : la prise en compte du langage des acteurs des projets

Auteur

Valérie CHANAL

 

Résumé

Cet article s'intéresse aux conditions de mise en place des organisations par projet pour la gestion de l'innovation. Il privilégie un ancrage théorique et empirique peu développé jusqu'alors : celui du langage des acteurs des projets. Un des enjeux de la mise en oeuvre d'une organisation par projets transversaux est celui de la communication entre des individus qui représentent souvent des métiers différents.

L'argument de départ de l'article est que la mise en place de structures organisationnelles de type équipes projet ne garantit pas un fonctionnement satisfaisant de la communication. Les acteurs ont aussi besoin de partager des cadres de référence communs sur les aspects stratégiques et organisationnels du projet. Ce partage de représentations est véhiculé par le langage.

Les équipes projet sont considérées ici comme des communautés de pratique. Cette forme de pratique collective suppose la négociation d'un projet commun, un engagement mutuel, et un répertoire partagé. Le répertoire partagé des équipes se construit au fil du temps et sert de point de référence pour créer et négocier de nouvelles significations. Il inclut des supports physiques (maquettes, prototypes, pièces) mais aussi des textes écrits (procédures, cahiers des charges, textes stratégiques) et des histoires , des concepts, qui peuvent rester au niveau de discours informels.

Le concept théorique de dualité entre la structure et les interactions des individus, emprunté à Giddens, est ici mis en perspective à deux niveaux :

- au niveau du fonctionnement des équipes projet, il s'agit de la dualité entre les pratiques, et le répertoire partagé des équipes : le répertoire partagé influe sur les pratiques qui modifient à leur tour le répertoire en créant de nouvelles représentations,

- au niveau du langage, cette dualité se retrouve entre les textes qui constituent une partie du répertoire et les conversations au quotidien : les textes sont mobilisés en partie dans les conversations qui permettent à leur tour de créer de nouveaux textes.

Cette double dualité permet d'illustrer les dilemmes repérés au niveau de l'innovation, en particulier le dilemme exploitation des ressources / exploration de nouvelles solutions.

La recherche-action présentée ici s'inscrit dans ce cadre théorique. Il s'agit d'une intervention dans une entreprise du secteur du bâtiment. Le problème posé au chercheur était celui du développement de pratiques de gestion de projet dans cette entreprise formée par de nombreuses acquisitions de PME diverses. Le premier diagnostic du décideur avait porté sur une grande difficulté des acteurs à communiquer ensemble et à s'engager collectivement dans une réelle démarche d'innovation.

L'objectif principal de l'intervention a été d'élaborer un document de communication interne portant sur la gestion des projets de développement de produits nouveaux. La démarche a consisté à partir des discours et des cadres d'interprétation des acteurs pour concevoir un texte qui soit le résultat d'un processus de négociation avec les acteurs sur les enjeux et les méthodes concrètes pour gérer les projets d'innovation.

Les observations proviennent de deux processus conduits en parallèle : d'une part l'interview de dix responsables opérationnels intervenant tous à des degrés divers dans les projets de développement de produits nouveaux, et d'autre part, des itérations successives avec le décideur, pour aboutir à une version d'un document à soumettre aux intéressés. Les interviews ont été analysés par une méthode d'analyse lexicale, permettant de repérer les thèmes qui reviennent le plus souvent dans les discours, les zones de langage commun et la spécificité du langage des acteurs. Les observations restituées aux participants, ont servi de révélateur et de base de discussion autour d'un nouveau mode d'organisation des projets de développement.

 Nos résultats illustrent les problèmes structurels que peut générer l'absence d'un cadre de référence stratégique commun, comme la difficulté à gérer les priorités de développement ou à traiter les problèmes au bon niveau de l'organisation. Ils mettent également en évidence comment les dilemmes de l'innovation sont perçus au quotidien par les acteurs, et quelles tensions concrètes ils provoquent. Enfin, l'analyse du langage agit comme un révélateur de certains problèmes organisationnels, comme ici, la place et le rôle accordés à la fonction marketing.

Cette recherche permet enfin d'avancer quelques pistes de réflexions d'ordres méthodologique et théorique concernant la dualité entre les structures et les interactions dans les équipes projet.