Appel à candidature thèse- université catholique de lille - 03 Septembre 2017

Description de la problématique de recherche

Les avantages compétitifs d’un territoire dépendent de sa créativité et de sa capacité à organiser des conditions favorables à l’émergence des processus d’innovation, en d’autres termes à se constituer en écosystème d’innovation. Ces conditions sont d’ordres technologiques, institutionnelles, infrastructurelles et financières. Elles vont de pair avec un renforcement des interactions entre les acteurs (universités, entreprises, entités financières, institutions publiques) dans les processus d’innovation, et des échanges réguliers entre l’underground, le middleground et l’upperground (Jackson 2011, Cohendet et al. 2009). Ces conditions devraient permettre à ce territoire de faire face aux évolutions des marchés et de résister aux chocs endogènes et exogènes. Pour autant, malgré l’existence de lieux symboliques et reconnus comme des écosystèmes exemplaires (Silicon Valley, Tel Aviv, Singapour, Montréal, ,….), il n’existe pas de consensus sur les facteurs de performance qui permettraient à tout territoire de devenir un écosystème innovant performant. De plus, l’émergence de nouveaux enjeux sociaux et environnementaux (changement climatique, exclusions, fractures sociales…), la transition numérique et le développement de l’économie collaborative (incarnée par les tiers-lieux) réinterrogent la pertinence des critères classiques de performance des écosystèmes d’innovation. Dès-lors, quels sont les conditions d’efficacité et de performance d’un écosystème d’innovation régional ? Comment les appréhender dans des contextes historiques et sociologiques différents ?

Contexte, objectifs et méthode

Cette thèse vise à analyser l’articulation des critères classiques d’efficacité et de performance des écosystèmes d’innovation, avec les nouveaux critères portés par les enjeux qui apparaissent autour de la transition numérique, de l’intelligence artificielle, de l’économie collaborative et du développement durable. A cela, s’ajoute l’identification des déterminants relationnels, institutionnels et organisationnels de performance d’un écosystème.

La thèse s’insère dans le cadre du projet « Analyse des écosystèmes innovants de la Région des Hauts-de-France, et leur évaluation prospective et comparative au regard d’autres écosystèmes internationaux », financé par la Région des Hauts-de-France. Ce projet est porté par la Design School de l’Institut Catholique de Lille. Elle mobilisera un cadre d’analyse proposé dans ce projet et qui demandera à être affiné. Celui-ci met en évidence sept principales dimensions d’un écosystème d’innovation territorial (spatiale, structurelle, relationnelle, institutionnelle, technologique, financière, fonctionnelle). Le travail de terrain consistera à articuler des entretiens semi directifs et des ateliers participatifs ou d’intelligence collective dans une démarche de recherche-action au niveau du territoire des Hauts-de-France.

Domaine et champs de recherche

La thèse s’inscrit dans le champ des « Science Policy and Innovation Studies » (Martin, 2012), particulièrement dans les courants : Evolutionary Economic Geography » (Boschma and Frenken, 2006) et Systèmes d’Innovation ou Ecosystèmes d’Innovation (Cooke et al 1997; Lundvall, 2010; Malerba, 2002; Carlsson, 1991; Moore,1996). Elle s’alimentera également des courants de management de l'innovation et de l’économie de la créativité.

Conditions scientifiques, matérielles et financières du projet de recherche

Cette thèse sera réalisée en codirection entre Université Catholique de Lille, l’UMR Innovation (Montpellier) et HEC Montréal. Les partenariats envisagés sont les suivants : 1. Réseau MOSAIC (HEC Montréal) 2. Université Technologique de Compiègne (UTC) et Université de Picardie Jules Verne (UPJV). 3. UMR Innovation Montpellier 4. Nord France Innovation et Développement (NFID) 5. Association du Management de l’Innovation (AMI).

Le budget de fonctionnement de la thèse sera assuré principalement par le projet « Ecosystème d’innovation de la Région des Hauts-de-France » porté par l’Institut Catholique de Lille. Cette thèse sera portée par les laboratoires suivants : UMR innovation, l’équipe ETHICS -EA7446, et MOSAIC

Structuration du document de thèse et valorisation des travaux de recherche du doctorant

La thèse sera organisée en articles, valorisée à travers des publications de recherche dans les conférences internationales de premier niveau et des revues scientifiques reconnues par l’HCERES.

Profil recherché

• Connaissance approfondie en économie ou management de l’innovation.

• Maitrise en analyse qualitative et des outils statistiques et économétriques.

• Capacité à faire des entretiens et à conduire des enquêtes participatives.

• Niveau de français requis: Courant. Vous parlez aisément le français et l’écrivez correctement.

• Niveau d'anglais requis: Intermédiaire. Vous pouvez parler la langue de manière compréhensible, cohérente et avec assurance (séjours à faire à l'étranger).

• Capacité à travailler en équipe dans des projets interdisciplinaires

• Etre déjà auteur (e) ou co-auteur (e) d’un article scientifique serait un plus.

Date de début : octobre 2017

Contacts: Les dossiers de candidatures (CV+ lettre de motivation + diplôme) devront être envoyés à James Boyer, James.Boyer@univ-catholille.fr ou Claude Roche, Claude.ROCHE@univ-catholille.fr avant le 30 Aout 2017

Références bibliographiques

Boschma, R. & Martin, R. (2010). The handbook of evolutionary economic geography. Edward Elgar Publishing

Carlsson, B. & Stankiewicz, R. (1991). On the nature, function and composition of technological systems. Journal of Evolutionary Economics 1(2): 93-118.

Cooke, P., Uranga, M., Gomez. & Etxebarria, G. (1997). Regional innovation systems: Institutional and organisational dimensions. Research Policy 26: 475-491.

Jackson, D. J. (2011). What is an innovation ecosystem. National Science Foundation, Arlington, VA.

Lundvall, B.-Å. (2010). National systems of innovation: Toward a theory of innovation and interactive learning. Anthem Press

Malerba, F. (2002). Sectoral systems of innovation and production. Research Policy 31: 247 264.

Martin, B. R. (2012). The evolution of science policy and innovation studies. Research Policy 41(7): 1219-1239

Moore, J. (1996). The Death of Competition: Leadership & Strategy In The Age Of Business Ecosystems. Harper Business

Porter, M. E. (1998). Clusters and the new economics of competition. Havard Business Review 76(6): 77-90.

Cohendet P., Grandadam D., Simon L. (2009). Economics and the ecology of creativity: evidence from the popular music industry , International Review of Applied Economics, 23: 709-722

James Boyer - James.Boyer@univ-catholille.fr